Thierno DIALLO (Sénégal)

Je suis Thierno Diallo ,

Comme tout le monde, j’ai eu deux grand-mères, ma grand-mère wolof et ma grand-mère peul.

Ma grand-mère wolof me disait :
“Thierno, tu parles beaucoup, mais un peul qui parle wolof devient plus bavard qu’un griot.”

Ma grand-mère peul me disait :
“un wolof qui parle peul devient automatiquement un intellectuel.”

La vie n’a donné raison à aucune, vu que je parle en français et que je raconte des histoires …
Mais elles avaient un point commun : elles étaient vaillantes comme les Femmes du Waalo …

Quelques contes plus tard, je me disais que le nouveau chemin emprunté,
celui de la PAROLE, n’était pas si éloigné de celui que j’avais parcouru jusque là,
quand j’étais paysagiste … 

Thierno DIALLO est né au Sénégal. 

Il raconte pour les petits comme pour les grands, des contes d’Afrique et d’ailleurs, dans les festivals, les bibliothèques, les théâtres, les centres sociaux, les écoles etc…

Lauréat du Grand Prix des Conteurs 2006 à Chevilly-Larue, il a fait partie pendant trois ans de l’équipe du Labo à La Maison du Conte de Chevilly-Larue. Il y a travaillé avec Abbi Patrix, Pépito Matéo, Praline Gay-Para, Didier Kowarski, Michel indenoch… 

Il crée en 2008 Les femmes du Waalo, coproduit par le festival du conte de Limoges, avec le soutien de la Maison du conte; puis Koumba avec le harpiste Florian Genilleau. En 2011 il adapte et met en scène. La randonnée de Samba Diouf, ou le parcours d’un jeune berger enrôlé de force parmi les tirailleurs sénégalais de 14-18, avec la flûtiste contrebassiste Lisa Raphel. Son prochain spectacle Kalika le plumeur de lune, d’après un conte de G. de Cagliari, explorera le handicap physique.

Thierno Diallo est membre fondateur de l’association Amoon na fi, qui a pour objectif de maintenir et diffuser la tradition orale en France comme au Sénégal. 

Depuis 2008, il organise un festival du conte à Dakar et à Hann, banlieue de Dakar. 

En 2014, il crée la compagnie Diak’art lo qui regroupe les artistes, musiciens, techniciens présents sur ses créations. Ce nom est un jeu de mot provenant de «Jaakaarlo» qui signifie «faire face» en wolof.

Il inscrit sa pratique de conteur dans la vie, car il a la conviction que le conte crée des liens entre les gens.