Vaudou Game

divider

Prendre un chemin différent au risque de s’égarer sur des revêtements synthétiques ou poursuivre le parcours sur cette piste poussiéreuse et en explorer plus profondément sous-sols et bas-côtés ? Au moment de donner un successeur à l’acclamé Apiafo et son irrésistible “Pas Contente”, Vaudou Game n’a pas consulté l’oracle très longtemps. Car, depuis leur premier album, les Lyonnais n’auront jamais éteint cette fournaise afro qu’en infatigables dévoreurs d’asphalte ils auront porté sur scène plus de cent trente fois en 2015. Europe, Afrique, Amérique, Asie, Peter Solo aura affiché ses amulettes, son charisme et son pantalon jaune dans le monde entier.

Quand est venu pour eux le temps de capturer pour la seconde fois leur afro-funk, c’est à nouveau vers les forces analogiques qu’ils se sont tournés. Matériel vintage, instrument usinés dans les 70’s et bandes magnétiques étant les gri-gri les plus efficaces pour se protéger de toute tentative de corruption digitale de leur musique et pour restituer au plus proche la symbiose d’un groupe soudé par un groove de fer. Cette transe rythmique imparable héritée de James Brown et Fela, duo de démiurges funk et afrobeat qui devient trident quand il est rejoint par Mawu, divinité vaudou
créatrice cachée dans chacune des notes du groupe. Inspiration qui transcende leur esprit de communion, les fait plonger au plus profond de la terre nourricière, les élèvent vers des transes télépathiques pour une mise en connexion avec le Togo natal de Peter.