Mo’Kalamity

divider

Son premier titre s’appelait « Africa ».Tout un symbole pour cette native des îles du Cap Vert, situées dans l’Océan Atlantique, au large des côtes africaines. Arrivée en France durant son enfance Mo’Kalamity grandit en région parisienne. Largement inspirée par les musiques caribéennes et afro-américaines, le reggae, « pour le message et la puissance de la musique », s’impose à elle comme « une évidence ». Autodidacte, Mo’ débute comme choriste avant de monter, en 2004, sa propre formation avec ses musiciens «The Wizards». Son premier opus «Warriors of Light», auto- produit, grâce au soutien du public et à l’Assos’pikante, sort en 2007. L’album est réédité en 2008. Un événement célébré au New Morning, en partenariat avec le magazine Mondomix. Mo’ se fait rapidement une place dans un paysage reggae hexagonal largement dominé par les hommes. Sa voix suave et mélodieuse se pose naturellement sur un reggae roots, deep et militant.
Entre 2007 et 2008, Mo’ et ses musiciens The Wizards multiplient les concerts et assurent notamment la première partie
de Salif Keita. L’année suivante est consacrée à l’enregistrement du deuxième album «Deeper Revolution». Un opus dans lequel elle évoque les richesses et dérives du genre humain : inégalités nord/sud, différences, violences faites aux femmes…

En 2012, toujours sur la route de l’indépendance, Mo’ retrouve ses musiciens afin d’achever ensemble les arrangements de son nouvel opus enregistré et mixé au Wize Studio. Produit sur son propre label Sofia-Thea Records, «Freedom Of The Soul» est sorti à l’automne 2013. Entre textes spirituels et morceaux plus revendicatifs, la chanteuse, auteure, compositrice, appelle, plus que jamais, à un «réveil urgent des consciences». Deux clips ont accompagné la sortie de ce troisième opus, dont le dernier – «Struggle of The Spirit» – a été tourné à Dakar, Sénégal.