Jupiter & Okwess

divider

JUPITER Bokondji naît à Kinshasa il y a 48 ans dans une famille de griots de la région Mongo. Sa grand-mère, une guérisseuse reconnue, le familiarisa avec la musique et les rythmes traditionnels dont le célèbre Zebola de Ekonda (la partie équatoriale de la région Mongo), des rythmes qui ont la réputation de guérir les malades. Dès son plus jeune âge, Jupiter joua des percussions, et accompagna sa grand-mère lors d’enterrements ou de mariages. Pourtant, c’est à Berlin Est, en Allemagne, qu’il découvrit l’Europe et sa scène musicale animée : Les Stones, Deep Purple, James Brown, et d’autres. En effet, c’est à Berlin Est que Jupiter passa son adolescence à la suite de la mutation de son père à l’ambassade du Congo en 1974. Avec de jeunes Berlinois, Jupiter créa son propre groupe de rock appelé “Der Neger””. Leur musique était un cocktail étrange de percussions Mongo et de guitares à la Zeppelin. Le groupe avait du succès dans tous les clubs underground de la ville, mais il fallut partir : son père fut nommé ailleurs.

A 20 ans, dans les années 80, Jupiter retourna à Kinshasa « en effervescence » avec la tête pleine de rêves, de gloire, et de sons tout à fait inconnus de la plupart de ses amis. Il quitta son foyer et gagna sa vie en chantant aux enterrements ou en jouant les percussions dans des orchestres locaux.

Avec l’argent de ses salaires, il voyagea au Congo à la recherche de sons nouveaux. Ces pérégrinations renforcèrent son idée que toutes les musiques qu’il avait entendues en Europe avaient leur source dans les 450 ethnies qui formaient son pays et que le tribalisme qui le divisait politiquement pourrait devenir un facteur d’unité.

Il continua à enrichir son style personnel et original et s’entoura de musiciens en vogue en lien avec l’Europe. Son but était de faire renaître les rythmes et mélodies du Congo en y introduisant le groove urbain de Kinshasa. Il appela ce mélange explosif “Bofenia Rock”, et, en 1983, il fonda son premier orchestre, Bongofolk, qui devint son terrain d’expérimentation musicale.

En 1990, il créa OKWESS INTERNATIONAL, un groupe qui comprenait des artistes d’avant-garde tel que Jean Goubal. Ils firent une tournée en Afrique, et furent choisis pour représenter le Zaïre en 1999 au MASA (Marché des Arts Vivants). Juste au moment où la chance semblait enfin leur sourire, le Congo sombra dans le chaos de la guerre civile.

En octobre 2011 il performa devant 5000 personnes à Kinshasa, 5000 spectateurs hypnotisés par la musique et l’énergie puissantes de Okwess International. Cette même année, il prit part à l’album ‘Kinshasa One Two’ créé par Damon Albarn de Blur et Gorillaz Fame qui sortit en 2011(Warp).

Son album ‘Hotel Universe’ fut publié en 2012 et confirma l’ascension irrésistible qu’il mérite. En 2016 avec Troposphère 13 puis en 2017 avec Kin Sonic, le groupe Jupiter & Okwess devient incontournable.