Cinéma

LONGS MÉTRAGES D’AFRIQUE

Wallay, Berni Goldblat, Burkina Faso, 84 min
I am not a witch, Rungano Nyoni, Zambie, 22 min
Inxeba, les initiés, John Trengove, Afrique du Sud, 88 min
Razzia, Nabil Ayouch, Maroc, 119 min
Kinshasa Makambo, Dieudo Hamadi, RDC, 15 min 22
Soleils, Dani Kouyaté & Olivier Delahaye, Burkina / France, 96 min
Katikati, Mbithi Masya, Kenya, 75 min

NOUVEAU !

Ouverture d’une compétition courts métrages

 

 

Pour la première fois de son histoire, Africajarc ouvre une compétition dédiée aux courts métrages d’Afrique et de la diaspora. En plus de la programmation habituelle, une sélection des meilleurs courts métrages d’Afrique du moment sera proposée. Un jury de professionnels désignera le meilleur film de cette compétition et lui décernera un prix honorifique. Cette nouvelle compétition a pour objectif principal de faire découvrir des courts métrages récents et de qualité au public d’Africajarc. Elle permet également de confirmer le festival comme un rendez-vous incontournable pour les cinémas d’Afrique en Occitanie et au-delà.

LES FILMS SÉLECTIONNÉS

Compétition officielle courts métrage 2018

(Pour plus d’informations et les bandes annonces, cliquez sur les titres des films. Les films seront tous sous-titrés lors de leur projection durant le festival)

Antananarivo tiako ianao, Haminiaina Ratovoarivony, Madagascar, 15’16
Aquarium, Youssef Sanheji, Tunisie, 16'
Behemoth, Lemohang Jeremiah Mosese, Lesotho, 13’16
Le Bleu blanc rouge de mes cheveux, Josza Anjembe, France, 20’
Dem Dem !, Pape Bouname Lopy, Marc Recchia, Christophe Rolin, Sénégal, 25’56
Derrière le mur, Karima Zoubir, Maroc, 17’57
Ferraille, Karima Guennouni, Maroc, 17’14
Mon enfant – Mtoto wangu, Lavern Rutivi, Kenya, 16’06
Terrain vague, Latifa Said, France, 14’15
The bad mexican, Loukman Ali, Ouganda, 14’38
Wintry Spring, Mohamed Kamel, Egypte, 15’
 

 

COURTS MÉTRAGES COUPS DE CŒUR 

Tikitat-A-Soulima, Ayoub Layoussifi : Azemmour, Maroc. Le dernier cinéma de la ville ferme ses portes définitivement ce soir. Le jeune Hassan n’a qu’une idée en tête : assister à la dernière séance.

Lakana, Lova Nantenaina : Un voyage à la rencontre de Kenji et sa famille à Madagascar, le pays du raphia. Dès 4 ans.

L’arbre à Palimpseste, Ingrid Agbo : Quelque part dans un village africain, une vieille conteuse ressuscite les héros du passé. Palimpseste, une vieille céramiste et conteuse à ses heures, est régulièrement sollicitée par Iba et Emeka, deux jeunes frères bagarreurs, pour régler leurs conflits quotidiens. Plutôt que de leur offrir une réponse simple, Palimpseste trouve l’analogie parfaite entre leurs soucis d’enfant et la vie d’une figure historique africaine. Ainsi commence le voyage dans le passé de ces femmes et de ces hommes qui ont fait l’Histoire.

Fallou, Alassane Sy : Fallou est l’histoire d’un jeune homme qui a été envoyé du Sénégal à Londres par un marabout lié à un groupe d’extremistes. Fallou va découvrir l’énergie, la musique et les gens de Londres. Il fera de nouveaux amis, et finalement faire un choix: rester fidèle à son marabout ou embrasser la vie passionnante de cette nouvelle ville qu’il découvre.

 

PROGRAMME HORS CHAMPS

Supa mama, Christina Pande, Tanzanie, 12 min 45
Ascension, Réda Ahmed El Achir, Maroc, 22 min'
Khaläa, Maher Elhasnaoui, Tunisie, 13 min 20
H20, Takong Delvis, Cameroun, 13 min
The unknown sweet potatoe seller, Ahmed Roshdy, Egypte, 15 min 22
 

LES MIGRATIONS VUES D’AFRIQUE

Programme proposé en partenariat avec La Cimade

La question des migrations est au cœur de l’actualité ces dernières années, notamment en raison des drames qui peuvent en découler. Les images que nous recevons sont issus pour la plupart de médias occidentaux. Et si l’on abordait la question des migrations d’un autre point de vue ?
Africajarc, en partenariat avec La CIMADE, a décidé de proposer un programme sur les migrations mais cette fois-ci du point de vue de cinéastes africains.

Escale à Pajol, Mahamoud Ibrahim, Comores, 13 min
Daani doolé, Pape Bolé thiaw, Sénégal, 13 min'
Salmeen, Rabah Slimani, Algérie, 23 min
Poussières indignes, Zaki Samoud, Tunisie, 5 min 46
Ça va!, Michel Digout, France, 2 min 28
 

LES FILMS REÇUS