ARTS PLASTIQUES 2020

Gymnase

Tous les jours 10 h – 18 h

Festival 23 – 26 Juillet 2020

Yao Amewonou dit Yao Bobby. Ses sculptures exaltent l’humour et la finesse – parfois la tristesse – d’un homme éclairé qui récupère et assemble à son travail du bois ce que d’autres dans sa ville togolaise jettent , laissant derrière eux une collection de petits dons du quotidien, des traces de leurs personnalités et de leur vie de tous les jours. Yao Bobby se nourrit de ce qu’il voit et vit et l’exprime aussi dans l’Afrohip hop comme auteur, compositeur, et interprète. https://www.yaobobby.com

Pierre Prévost « or et hollé de célébrité » vit un jour une revue de sculpteurs vivant au Bénin. « L’envie me prie d’aller voir ailleurs si j’y étais ». Il le fit. « J’allais pour fer, j’allais pour fendre, ressusciter les vieilles casseroles, les moules à tartes, les louches approximatives, …J’allais féticher le monde de mon armée de fourchettes en marche » Ecrits de Pierre Prévost. Pierre et Yao seront en Afrique au cœur de Cajarc pour des performances artistiques et des échanges intellectuels essentiels.  https://www.pierreprevost.fr

Des stagiaires apprenants de toutes les techniques photographiques partent dans l’Atelier Nomade –  une école atelier mobile – pour apprendre sur le terrain, en Afrique. Cette école mobile de photographie implique un confort spartiate mais aussi des lieux et des rencontres d’exception avec la population locale. Cette année l’Atelier revient d’Ethiopie mais l’illustration  est un clin d’œil rapporté de l’Afrique de l’Ouest. Au festival le regardeur pourra rencontrer « le maître d’école », Claude Simon. https://atelier-nomade.book.fr/

Souleimane Barry peintre burkinabé qui vit en France met en relief les êtres humains, qui qu’ils soient : ils capturent son attention et sa peinture spontanée. En jouant avec les couleurs – parfois mêlées de matériaux – Souleimane Barry nous montre leurs identités, leurs pérégrinations voulues ou forcées, leurs territoires et leurs rêves parfois symbolisés par un oiseau. Et parmi ses portraits sur papier, le regardeur trouvera peut-être la ressemblance troublante d’un proche. .. https://souleimanebarry.com/

Claude Bouviala est artiste céramiste que les voyages – les plus nombreux en Afrique – ont incitée à concrétiser la mémoire des ses rencontres  là-bas en modelant visages, bustes et corps en argile, son medium artistique privilégié. Son inclination va vers les peuples d’Ethiopie . www.facebook.com/claude.bouviala     

Céline Michel vit aux Pays Bas. Elle a passé sa jeunesse au Burkina Faso. Tout ce qui imprègne cette artiste, couleurs, beauté, visages, costumes et paysages de là-bas s’expriment dans des peintures et des tissages. Ce sont ces derniers, au savoir-faire et à l’originalité rares, que le regardeur contemplera. www.celineschilderingen.nl

Abou Sidibé artiste sculpteur au Burkina Faso n’a pas pu apporter d’Afrique ses sculptures. Voyez les sur https://fr-fr.facebook.com/public/Abou-Sidibe. Il nous offre cependant des gris gris qu’il embellit d’une multitude d’objets hétéroclites car dans la société africaine le gris gris apporte bonheur et bien-être social.  Les puisettes aussi sont détournées – puiser l’eau – en objets d’art.  Ainsi, Abou exalte l’esprit de la matière, inspiré des croyances universelles et spirituelles qui soutiennent sa démarche artistique contemporaine.société africaine.

L’association Africajarc accueille l’association Tatrit dont la raison d’être est de sauvegarder et valoriser  les cultures et les traditions touarègues grâce  au fonds Michel Vallet. Les dessins, photographies et panneaux sont confortés par  la présence et les courts métrages de Catherine Vaudour, ethnolinguiste,  qui instillent chez le festivalier  l’inoubliable révélation que les tentatives de préservations des modes de vie des pays du monde sont aussi les nôtres, nous les regardeur. Ses livres seront au festival.

Retrouvez Stanilas N’Doli à la galerie l’Art en Pente Douce, rue du Faubourg.